Appel à s’opposer à la criminalisation des mouvements sociaux.
Partager

Vendredi 29 juin 2018

Le 30 mai dernier, trois personnes ont été interpellées et directement placées en garde à vue, accusées d’avoir, lors de la manifestation pour la défense du service public du 22 mai, participé à un groupe ayant contesté aux membres du syndicat Alliance le droit de se positionner au cœur cortège et de leur avoir volé un drapeau.

Aujourd’hui sous contrôle judiciaire, ces trois personnes sont convoquées pour un procès le 5 juillet prochain avec les chefs d’inculpation suivants : outrage en réunion, entrave à la liberté de manifester en réunion (sic) et vol de bien privé. Aussi, mercredi 20 juin, plusieurs militants qui luttent à Bure contre l’enfouissement des déchets nucléaires et leur avocat ont été interpellés de façon très musclée et mis en garde à vue. Ils ont été relâchés depuis et les scellés restitués.

EELV Bretagne s’insurge sur les moyens mis en œuvre lors de ces interpellations (fort contingent policiers de divers services, fusils mitrailleurs et armes de poing à la main),

EELV Bretagne s’insurge contre cette criminalisation des mouvements sociaux et cet acharnement contre ces personnes engagées dans des luttes sociales ou environnementales,

EELV Bretagne s’insurge contre toute cette violence qui n’a qu’un seul objectif : éteindre et museler toute forme de contestation qui pourrait se mettre en travers des projets ultralibéraux, antisociaux du gouvernement Macron et notamment la casse orchestrée des services publics et la non protection de l’environnement.

EELV Bretagne appelle à un rassemblement de soutien le jeudi 5 juillet à 15h devant la Cité Judiciaire de Rennes.

Le Bureau exécutif d’EELV Bretagne