Pour une transition énergétique bretonne tournée vers l’avenir
Partager

Motion ponctuelle du Congrès EELV du 5 octobre 2014
Lors de son congrès régional, EELV Bretagne tient à réaffirmer sa vision de la transition énergétique pour la Bretagne.

Elle doit s’appuyer, d’ici 2050, sur :
– une réduction de 60% de la consommation d’énergie en engageant un Plan Bâtiment Durable régional beaucoup plus volontaire et doté d’un budget conséquent ;
– une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre pour prendre toute notre part aux engagements internationaux que la COP 21, qui se tiendra en 2015 à Paris, devra confirmer a minima ;
– une politique de transports en région qui privilégie les mobilités décarbonées, pour le fret et pour les voyageurs, qui comprend l’amélioration, au plus près de l’existant des voies ferroviaires principales, la création d’une ligne Saint Brieuc-Auray qui desservirait le centre Bretagne, la revivification du réseau secondaire pour les trajets du quotidien ;
– pour une méthanisation à l’échelon des territoires qui prenne en compte la disponibilité des ressources en carbone, afin d’éviter l’utilisation de plantes alimentaires.

Cette transition énergétique est incompatible avec :
– le projet de construction d’une centrale de 420 MW à Landivisiau, d’autant que si elle n’est pas rentable elle coûtera 42 millions aux bretons, qui seraient bien plus utiles à un plan d’isolation des logements. Le projet doit être abandonné.
– le projet LNOBPL dispendieux et consommateurs des espaces agricoles incluant un aéroport à Notre Dame des Landes que nous combattons.
– le projet du gouvernement de 1000 méthaniseurs dans l’ouest français adossé à des exploitations productivistes et de grandes tailles qui ne correspond pas à notre projet d’agriculture paysanne souhaitée majoritairement par les citoyens.

EELV Bretagne continuera à se mobiliser pour une transition énergétique, basée sur une vision d’avenir économe et tournée vers les ressources du territoire, et non sur l’utilisation d’énergies fossiles, qui alourdit le déficit de notre balance commerciale, et prolonge un modèle agricole dont l’inadaptation et la faillite se confirment chaque jour.
Signataires : Anne Marie Boudou, Gaëlle Rougier, René Louail, Jacqueline Cadou, Alexis Billiet, Anne Le Galles, Jean-Paul Le Pohon, Lucile Koch-Schlund, Astrid Gaugain, Michel Rolland, Laurent Hamon.