Catalogne. Démocratie… Au secours !
Partager

Lundi 28 octobre 2019

Neuf des douze dirigeants catalans jugés en Espagne pour avoir organisé le référendum d’autodétermination d’octobre 2017 et avoir proclamé l’indépendance qui a suivi ont été condamnés par la Cour suprême à des peines de neuf à treize ans de prison ce mois-ci.


Suivant qu’on met l’accent sur le droit à l’autodétermination des peuples ou sur la nécessaire solidarité entre régions riches et régions pauvres au sein de la communauté nationale, on appréciera diversement la volonté d’indépendance de la Catalogne et la légitimité du référendum décidé par le Parlement catalan en 2017. 

Quoi que l’on pense de cette question sur le fond, la décision de la Cour Suprême espagnole est totalement irresponsable. 

De telles peines constituent une entorse majeure à la démocratie. 

Elles sont choquantes dans un pays qui, au nom de la cohésion nationale, a amnistié les crimes franquistes : le sang délibérément versé serait-il moins répréhensible qu’une action fondamentalement non violente ?

Elles sont irresponsables quand on sait les efforts énormes qu’il a fallu consentir pour mettre un terme aux luttes armées indépendantistes de l’ETA.

Criminaliser le bulletin de vote, n’est-ce pas une incitation à recourir à  la force ?
EELV Bretagne appelle le gouvernement français et les instances de l’Union  européenne à intervenir auprès du gouvernement espagnol pour qu’une loi d’amnistie vienne rétablir un peu de raison et restaurer les possibilités du dialogue.

Le Bureau exécutif d’EELV Bretagne