Le sénateur D. Salmon au CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande
Partager


Daniel Salmon, Sénateur d’Ille-et-Vilaine a procédé, lundi 14 décembre 2020, à une visite surprise du Centre de Rétention Administrative (CRA) de Saint-Jacques de la Lande. Le CRA de Saint-Jacques de la Lande a ouvert le 1 août 2007. Il compte 46 places hommes, 6 places femmes et 1 place famille (pour 4 personnes). Actuellement, en raison de la crise sanitaire, le CRA de Saint-Jacques de la Lande ne compte qu’une trentaine de retenus, soit 60% de sa capacité d’accueil.


En 2020, 455 personnes ont été enfermées au CRA et 153 ont été expulsées
vers leur pays d’origine. Les autres personnes ont toutes été relâchées. Daniel Salmon a pu constater les conditions de rétention qui, si elles ne sont pas indignes restent très rudimentaires, très proches de l’univers carcéral.
Concernant la gestion de la crise sanitaire, malgré la mise en place d’un
protocole et les efforts des fonctionnaires de police pour l’appliquer, les
mesures barrières et sanitaires sont peu respectées : locaux exigus, pas de gel hydroalcoolique en accès libre pour éviter les ingestions, et port du masque non systématique chez les retenus.


Des échanges ont pu avoir lieu avec plusieurs retenus, d’origines diverses :
Bosniaque, Colombienne, Syrienne, Congolaise, Béninoise, Tunisienne,
Roumaine. Les parcours sont très divers et chaque histoire très touchante.
Avant leur rétention, beaucoup d’entre eux travaillaient en France, depuis
parfois de longues années et avaient construit une vie de famille. Mais pour la plupart, des accidents de la vie ou la pandémie de la COVID-19 leur ont fait perdre leur emploi, les plongeant dans une vulnérabilité et une précarité importante.


Pour Daniel Salmon « Des personnes privées de liberté, dont la plupart sont finalement relâchées sans qu’aucune solution n’ait été trouvée, 120 fonctionnaires mobilisés pour quelques reconduites à la frontière. Cette politique symbolisée par les CRA est un immense gâchis, tant humain que financier. Nous ne sommes ni dans l’humanité ni dans la rationalité »


Daniel Salmon a également pu échanger avec les permanentes de la CIMADE, association qui porte assistance aux étrangers retenus, ainsi qu’avec le médecin du CHU officiant au CRA. Pour Daniel Salmon : « leur présence est indispensable. Beaucoup d’étrangers se trouvent dans une situation de détresse psychologique en raison de leur rétention. Beaucoup seront relâchés, mais à des centaines de kilomètres de leur lieu de vie en France. D’autres seront renvoyés dans leur pays, alors qu’ils n’y ont plus aucune attache, car présents en France depuis des années. »
Tout au long de son mandat, Daniel Salmon s’attachera à poursuivre ces visites pour pointer les incohérences, les dysfonctionnements et veiller aux bonnes conditions de vie dans ces lieux de privation de liberté.


Contact presse : Romain POUJOL 06 33 42 33 66