Méthanisation. EELV Bretagne dénonce ses dangers
Partager

Le 18 août dernier, le déversement accidentel de 400 m3 de « digestat » issu d’une usine de méthanisation à Châteaulin (29) entraînait l’arrêt de l’alimentation en eau potable pour 180 000 habitants. EELV Bretagne dénonce les dangers d’une méthanisation hors de contrôle.

Cet accident souligne une fois de plus les risques inhérents à de telles installations, dont le développement accéléré est le nouveau visage de 50 ans de soutien des pouvoirs publics à l’agriculture productiviste en Bretagne.

En effet :

la méthanisation n’a pas fait la preuve de son efficacité pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (fuites de méthane, incendies, détournement de la restitution du carbone au sol, développement de cultures intensives exigeantes en intrants…) ;

elle ne peut éviter le détournement de cultures dont la destination devrait rester l’alimentation animale et humaine ;

la recherche d’intrants sous forme de sous-produits animaux dévoie les systèmes de production agricole, encourageant le développement industriel de productions animales hors-sol ;

ses impacts sanitaires sur les sols, l’eau, l’air restent à évaluer précisément, et d’ores et déjà interpellent fortement.

Pour toutes ces raisons, EELV Bretagne :

– appelle à la plus grande prudence face à cette technologie conduite aujourd’hui à marche forcée ;

dénonce les aides financières déraisonnables dont bénéficie cette production : subventions aux installations, prix exorbitant de rachat du gaz et de l’électricité, sans oublier les aides (PAC) aux cultures qui finissent dans les méthaniseurs ;

se range aux côtés des associations et syndicats agricoles dans leur demande de moratoire, de contrôle continu des installations, et de soumission à enquête publique systématique de tous les projets, quelle qu’en soit la teneur.

réaffirme son attachement au modèle de méthanisation à la ferme, conçue comme l’aboutissement d’un système de production en cycle court, et destinée à améliorer l’autonomie énergétique de celle-ci, et considère que les grands projets doivent rester exceptionnels et liés à des contextes locaux particuliers.

Pour le Bureau Exécutif Régional,
Emilie Roch, co-secrétaire : 06 88 27 52 27
Pierre Guézennec, co-secrétaire : 07 81 71 04 74
Claire Herlic, co-porte-parole : 06 71 67 54 86
Gérard Le Bars, co-porte-parole : 06 71 74 84 38