Notre-Dame-des -Landes : c’est fini ! Enfin…
Partager

17 janvier 2018

Les élu.e.s EELV de Rennes métropole et du Pays de Rennes

Notre-Dame-des-Landes : la raison a enfin gagné !

Le Gouvernement a officiellement annoncé l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Nous sommes très heureux aujourd’hui que l’âpre lutte contre un projet inutile et néfaste sorte victorieuse. Les élus écologistes ont participé à toutes les mobilisations, se sont investis, ont amené le débat au sein de chacune des instances. Notre ténacité et celle de tout·e·s les opposant·e·s auront fini par payer. Bravo à tous les citoyen·ne·s, paysan·ne·s, associations, syndicats, chefs d’entreprise, professionnel·le·s de l’aviation, élu·e·s… qui ont su pendant plusieurs décennies faire entendre une voix différente. Bravo à toutes celles et ceux qui ont su démontrer qu’une alternative au projet de Notre-Dame-des-Landes est possible.

Le travail de contre-expertise a été pour cela fondamental. Nous l’appelions de nos vœux et nous avions raison. Il a permis de mettre au jour les avantages indéniables de l’aménagement de Nantes Atlantique, tant en matière d’émissions de gaz à effet de serre que de préservation de la biodiversité.

L’avenir de ces terres agricoles et naturelles peut à présent être envisagé avec enthousiasme et sérénité. L’expérience menée sur la ZAD par ses occupants doit préfigurer un lieu vivant, serein, innovant, fédérant ses habitant·e·s autour du développement d’une agriculture durable préservant la biodiversité. L’heure est donc maintenant à la construction d’une forme juridique permettant de faire vivre un projet de territoire collectif, ambitieux et dynamique. La proposition du député européen José Bové de constituer une « société civile du bocage » est celle qui permettrait de sortir par le haut de la question de la ZAD, sans évacuation violente.

Grâce à la lutte menée collectivement à Notre-Dame-des-Landes, un avenir agricole favorable à la biodiversité est possible. La transition écologique a fait un pas.

Morvan Le Gentil (Betton) Président du groupe écologiste à Rennes Métropole
Gaëlle Rougier (Rennes) – Matthieu Theurier (Rennes) co-Président-e-s du groupe écologiste à la Ville de Rennes
Patrick Anne (Commission transports EELV)

Et les élu-e-s écologistes du Pays de Rennes : Benoît Careil (Rennes), Philippe Cocheril (Saint-Jacques-de-la-Lande), Nicolas Deleume (Vern sur Seiche), Hamid Ech Chekhchakhi (Rennes), Valérie Faucheux (Rennes), Benoît Foucher (Noyal-sur-Vilaine), Jean-Marie Goater (Rennes), Laurent Hamon (Rennes), Loïc Le Hir (L’Hermitage), Charlotte Marchandise (Rennes), Nadège Noisette (Rennes), Catherine Phalippou (Rennes), Sylviane Rault (Rennes), Guillaume Ridard (Chevaigné), Daniel Salmon (Saint-Jacques-de-la-Lande),

EELV Pays de Lorient

EELV Pays de Lorient se réjouit que la longue mobilisation contre le projet d’aéroport ait abouti. Des gens nombreux et divers ont su unir leurs forces dans des actions variées pour dire non à cet aéroport mais aussi à son monde, un monde où il faut aller toujours plus vite et toujours consommer plus, un monde où les écarts et les fossés se creusent dramatiquement. Nous espérons que cette belle avancée en annonce d’autres vers une société plus solidaire et moins prédatrice. Nous souhaitons que Notre Dame des Landes reste ce creuset d’un autre monde.

Les élu.e.s EELV de Brest et Brest métropole

Nous Elu.e.s écologistes, nous nous félicitons de l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport de NDDL. Cela offre la possibilité de continuer les expérimentations qui s’y déroulent aujourd’hui, dans lesquelles s’élaborent un autre rapport à la terre et à l’agriculture. C’est aussi le moment de favoriser la mobilité au sein des cinq départements bretons, en s’appuyant sur le triangle formé par les trois métropoles que sont Brest, Nantes et Rennes, dans le une logique de cohésion du territoire, de désenclavement et de ne plus chercher à tout penser en s’appuyant sur une centralité unique. Par ailleurs, il n’est pas inutile de rappeler que le projet initial d’aéroport est contemporain des débuts du concorde et que sa fin est actée au moment où Airbus remet en question son très gros porteur A380. Pour construire une société durable au 21e siècle et réduire les émissions de CO2, il faudra savoir tourner la page des solutions du 20e siècle qui fut celui du pétrole.

EELV Pays de la Loire et EELV Bretagne

Elu-es, citoyen-nes de la région Pays de la Loire, de Nantes, de Nantes Métropole

Abandon définitif et sans ambiguité de Notre-Dame-des-Landes : une décision historique et courageuse pour les écologistes.

Le premier Ministre Edouard Philippe vient d’annoncer l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Les élu.e.s écologistes et citoyens  Europe Ecologie les Verts Pays de la Loire et Bretagne saluent cette décision historique et courageuse, attendue depuis 50 ans : « Nous saluons le courage politique du gouvernement et tout particulièrement du Ministre Hulot qui ont su faire table rase du passé et mettre en place une méthode objective pour étudier toutes les options possibles, dont pour 1ère fois, l’optimisation de Nantes-Atlantique. Cette décision de bon sens et d’apaisement ne nous surprend donc pas car il s’agit du meilleur choix au regard des critères de coût, d’impact environnemental, d’accès en transports en commun, d’emploi… La fin de la Déclaration d’Utilité Publique, quant à elle, tourne définitivement la page de ce très mauvais projet. Cette décision, pour laquelle les écologistes se sont mobilisés depuis des décennies, va permettre de conserver 2000 hectares d’espaces naturels et de zones humides, de préserver sa riche biodiversité et de rétrocéder le foncier à vocation agricole pour pérenniser une agriculture paysanne et les initiatives entreprises par les habitants sur le site. Nous faisons appel au gouvernement pour préparer collectivement la suite et donner du temps à la clarification juridique des occupants, sans intervention des forces de l’ordre. Le réaménagement de Nantes-Atlantique doit être désormais la priorité et être engagée de manière urgente. Il comprend la rénovation de l’aérogare, de la piste, le prolongement du tramway ainsi que l’optimisation de la desserte entre la Bretagne et les Pays de la Loire. Pour cela, il est nécessaire que les 165 millions d’euros des collectivités et les 180 millions d’euros de l’Etat dédiés à NDDL soient affectés à l’aménagement de Nantes Atlantique.»