Notre-Dame-des-Landes. L’appel des militant-e-s socialistes à leurs élus
Partager

La semaine dernière des militant-e-s du Parti Socialiste d’Ille et Vilaine demandaient à leur premier secrétaire d’ouvrir le débat sur Notre Dame des Landes.

En début de semaine, la chambre d’agriculture d’Ile de France, tenue par la FNSEA, se déclarait opposée au projet.

Aujourd’hui, en Loire-Atlantique, c’est au tour des paysans membres du Parti Socialiste d’exprimer leur opposition au projet d’aéroport et de publier un courrier où ils interpellent leurs élus. Parmi les signataires figurent Jacques Carroger, le secrétaire fédéral à l’agriculture, et Michel Loquet, l’ancien président de la chambre d’agriculture.

Voici le texte adressé aux présidents de la région des Pays de la Loire, du conseil général de Loire-Atlantique, de la communauté urbaine de Nantes, et au maire de Nantes.

« Messieurs les présidents, Monsieur le maire,

Si l’entêtement suffisait à justifier un projet, Notre-Dame-des -andes serait réalisé depuis longtemps. La réaction de Jacques Auxiette à la lettre ouverte de Patrick Varin est un concentré de ce qui exaspère à juste titre les militants de gauche opposés à l’aéroport de NDDL… Certains partisans de l’aéroport, de leur côté, supportent mal cette façon de réagir. On retrouverait d’ailleurs les mêmes arguments en réaction à l’interview de Stéphane Hessel, dont la contribution pour le congrès PS a fait un score inattendu en Loire Atlantique.

Il n’y a jamais eu de véritable dialogue possible, ni au sein du PS 44, ni avec les grands décideurs que sont le président de Nantes Metropole, le président de la Région, ou du département, avec la seule exception de M. Mareschal, qui a toujours reçu les opposants. L’étude indépendante, certes très concise, faite par un cabinet d’audience internationale (DELFT) n’a jamais été étudiée par vous, messieurs, sous prétexte qu’elle était financée sur leurs deniers personnels par des élus opposés au projet… Comme si les études ayant conduit à la déclaration d’utilité publique n’avaient pas été financées par des fonds publics débloqués par des partisans du projet… Comme s’il n’était pas bien plus suspect que le Préfet Hagelsteen, chargé de préparer l’appel public à la concurrence auprès des firmes intéressées par le Partenariat Public Privé à NDDL en 2008, ait pu depuis rejoindre le groupe Vinci (…)

Fasse que les excès et les tromperies diffusées par certains de nos grands élus ne sapent pas ce qui reste de confiance des citoyens pour le « personnel politique ».

Car enfin où sont les spécialistes de la guérilla urbaine installés à NDDL ? Ce sont sans doute les jeunes « indignés », révoltés, comme on voudra, qui ont depuis 2 ou 3 ans créé des exploitations maraîchères sur des terres en friche, mis en place un réseau de produits et services locaux, boulangerie collective, bibliothèque, produits de première nécessité… Tout cela ravagé par nos forces de l’ordre, lieux de vie détruits, légumes empoisonnés aux gaz de toute sorte, etc.

Comment ne pas comprendre que cet étalage de forces policières sans grande efficacité produit l’inverse de l’effet recherché : retourner l’opinion de la population locale, exaspérée par les entraves à la circulation (barrages policiers, contrôles de papiers etc..) outrée de voir des maisons habitables détruites ou murées en cette période où les sans-abri sont partout… La solidarité sur le terrain n’a fait que se renforcer… entre les paysans locaux, ceux qui ont accepté de « signer » comme ceux qui résistent jusqu’au bout, avec les jeunes présents pour certains depuis 3 ans dans des lieux de vie qui ne doivent qu’à eux-mêmes, avec une grande partie de la population et de leurs élus.

Comment peut-on affirmer que tous les recours sont épuisés, alors que deux ne sont pas encore jugés- à moins que le résultat ne soit déjà un secret de polichinelle, et que d’autres sont à venir, puisque des élus tout aussi responsables que vous, n’accepteront pas le passage en force après les conclusions de l’enquête loi sur l’eau ?

Comment peut-on affirmer que les travaux sont engagés, alors qu’il n’y a pas eu de demande d’autorisation de démarrer des travaux, ni pour démolir, ni pour défricher, mais seulement pour les sondages archéologiques préalables ? Comment pouvez vous ignorer les conclusions de la commission d’enquête qui recommande de ne rien enclencher d’irréversible avant qu’une commission scientifique indépendante ait validé la méthode de compensation environnementale proposée par les porteurs de projet ?

A quoi cela sert – il de relever le score d’Eva Joly à NDDL, en occultant le score beaucoup plus important du Front de Gauche, plutôt que de mettre en évidence que les opposants à l’aéroport dans leur grande majorité, ont contribué à l’élection de François Hollande, qu’ils ont fait preuve pour certains d’une grande maturité politique en jugeant que la priorité était de remettre la gauche au pouvoir…

Fasse que votre politique de l’entêtement, du fait accompli, et votre volonté de faire croire à l’irréversible n’amènent pas tous ces militants, tous ces jeunes, à désespérer du socialisme… Nous préférons ce combat-là, à la récupération du désenchantement par les sirènes d’extrême droite, qui même dans nos terres de l’ouest, trouvent des oreilles attentives…

Nous militants socialistes, fiers de nos victoires récentes, mais attentifs et fermes sur nos positions, ne resterons pas que des fantassins bons pour gagner les batailles…

Une discussion est toujours possible. Comme le dit notre camarade Stéphane Hessel, il faut se demander « s’il n’y a pas une solution qui ne mettrait pas en conflit des gens auxquels on doit l’amitié et le respect… Ceux qui protestent, ceux qui n’en veulent pas, ce sont de bons citoyens français, ce ne sont pas des malotrus, des voyous, au contraire ce sont des gens qui ont bien réfléchi… »

Depuis la rédaction de cette lettre, il y a débat entre nous pour savoir s’il faut la rendre publique… Depuis, aussi, il y a eu cette manifestation de 30 000 personnes venues s’opposer à ce projet et dire leur détermination à ne pas céder… Certains d’entre nous y étaient, anonymes parmi la foule… Et encore une fois, la réponse des responsables de notre parti est une fin de non-recevoir, une reprise des vieux arguments…

Nous vous en conjurons, arrêtez de vouloir créer l’irréversible.

Acceptez, dans un premier temps entre socialistes, ensuite avec la coordination des opposants, de renouer un véritable dialogue, dans le respect de l’accord de mai 2012, dans le respect des réserves de la commission d’enquête « loi sur l’eau », dans le droit fil du travail difficile mais essentiel qu’Alain Gralepois a accepté d’initier, pour que la coupure entre la gauche paysanne, les militants progressistes engagés dans la lutte et notre parti ne soit pas définitive… »

7 réflexions au sujet de “Notre-Dame-des-Landes. L’appel des militant-e-s socialistes à leurs élus

  1. Enfin des paroles pleines de sagesse et de respect! Cela fait du bien on pensait avoir à faire à des robots, la situation actuelle est critique, nous allons affronter des crises Internationales inédites où il nous faudra être rassemblés pour être audible et fort. Nous sommes passé au 21 e Siècle,ce n’est plus l’abondance, tout les modèles du 20 e siècle sont obsolètes et délétères, cette planète va crever et nous avec, si nous ne changeons pas le cours des choses merci à ces militants socialistes de s’en rendre compte!

  2. ..Et comment ne pas se souvenir, que lorsque la grève de la faim des opposants a conduit à geler les procédures d’expropriation, Cécile Duflot, qui piaffait pour être ministre, a déclaré devant les cméras qu’elle prenait acte de la décision des socialistes d’arrêter les travaux. Travaux qui n’avaient pas commencé, bien sur. Mais un poste de ministre cela vaut bien des « interprétations ».

    Mais peu importe, EELV a contresigné avec la coordination, un tract signé de l’ACIPA qui est un florilège d’oublis (rien par exemple sur les mesures destinées à la sauvegarde des zones humides alors que c’est le seul problème important à discuter), de contre vérités et même d’absurdités.

    Alors mieux vaudrait rester modeste devant les turbulences du PS.

    1. que nous reprochez vous ?
      d’avoir soutenu les grévistes de la faim pour faciliter l’adoption d’un moratoire de deux ans sur l’avancée des travaux ?
      d’avoir signé avec l’ACIPA des documents qui n’allaient pas assez loin sur la question de la gestion des zones humides ?
      EELV est depuis 10 ans mobilisés auprès des habitant-e-s de Notre Dame des Landes pour empêcher ce projet. Nous utilisons tous les moyens politiques, juridiques et militant-e-s qui sont les nôtres pour que ce projet ne se fasse pas. Être au gouvernement est aussi un moyen de peser sur les décisions. Quant au PS, nous nous nous félicitons simplement que le débat ai lieu en son sein sur ce sujet d’importance. Nous ne serons jamais assez nombreux pour empêcher cet aéroport destructeur, couteux et inutile.

  3. La création de l’aéroport de NDDL ne cache-t-il pas le « déménagement » des
    installations d’Airbus,et leur extension,en parallèle du nouvel aéroport
    qu’il est prévu de construire…?Alors qu’il existe tant de bases aérien
    nes fermées depuis 2008,dans l’Hexagone…Alors que-en Lorraine-d’ancien
    nes bases aériennes de l’OTAN ne demanderaient qu’à être réactivées pour créer des emplois,en compensation des suppressions d’unités de l’armée de terre(comme à Toul-Rosières,en ALAT;à Commercy,en artillerie)…
    Quid des bases de Reims,Cambrai,Colmar,de bien d’autres…?
    Que l’aéroport de fret de Vatry(près de Chalons-en-Champagne)est sous-employé…Et qu’il n’existe aucune relation ferroviaire entre Roissy,Orly,
    Beauvais?Quelle politique d’aménagement du territoire s’emploiera à coor
    donner toutes ces potentialités,alors qu’existe une ligne TGV entre Roissy
    et Lyon St-Exupéry…?Aucune entre les aéroports de Nice,Marseille-Aix,
    Montpellier,Perpignan,et Toulouse?Probablement au nom de la « libre concur
    rence »…?
    On peut être interrogateur quant à la création de l’aéroport NDDL,alors
    qu’il aurait pu se faire à l’emplacement du circuit d’essai à Temple-de-
    Bretagne…?(simple suggestion)

  4. Certaines interrogations de M. Randolet sont justifiées comme celles concernant les liaisons ferrées de complémentarité, ce qui explique l’échec de Vatry.
    Quant à l’utilisation de nouvelles bases: non, la France à trop d’aéroports petits et moyens qui sont des gouffres budgétaire et dont EELV aurait du demander la fermeture depuis longtemps en Bretagne et ailleurs, avant de se battre contre NDDL qui comme Nantes Atlantique équilibrera ses comptes.
    Quand à l’emplacement de NDDL un très bon rappel historique l’explique dans ce document qui vient de paraître sur le site de « Bretons du Monde »: http://www.bretonsdumonde.org/fetch.php?id=114 .

  5. Vous êtes vraiment des petits fonctionnaires-écolos minables qui refusaient le progrès. Si on vous avez ecouté, il n’y aurait pas d’autoroute , pas de voitures, pas de téléphone portable.
    L’aéroport va créer des emplois mais vous, ce ‘est pas votre tasse de thé puisque vos êtes en majorité des petits fonctionnaires aigris qui avaient la sécurité de l’emploi.

  6. Décroissance, développement durable… entre raison et principe. Sacrifier le réel au nom des principes voilà la principale faiblesse des verts et une des raisons pour lesquelles je ne vous accompagne plus.

Les commentaires sont fermés.