St-Malo. Qualité de l’air, pandémie et santé publique
Partager

Communiqué de presse GL EELV Pays de St Malo 24 avril 2020

L’indice de la qualité de l’air, élaboré quotidiennement par AirBreizh, est de 7 aujourd’hui 24 avril et annoncé à l’identique pour demain. Sur une échelle de 1 à 10 , de très bon à très mauvais, cet indice est très médiocre et dû à une forte concentration en particules fines.

Cela est récurrent dans le Pays de St Malo. Les sources de cette pollution sont connues : localement
le transport routier, atténué en cette période de confinement, et les travaux d’épandage agricoles de printemps qui diffusent massivement de l’ammoniac. Les conditions météorologiques (soleil, chaleur, vent faible en surface) accentuent le phénomène, y compris par advection dans des couches atmosphériques un peu plus élevées, grâce au flux de nord-est, de pollutions plus lointaines (Baie de Seine notamment).


Alors que le COVID-19 crée une situation sanitaire exceptionnelle que l’on tente de juguler grâce à des moyens considérables, à juste titre, il ne faut pas oublier cette pollution atmosphérique qui entraîne une surmortalité annuelle de près de 50 000 personnes en France. La lutte contre cette pollution devrait être plus facile car les causes sont identifiées. Malheureusement, pas grand chose n’est fait et certains édiles parlent même du « bon air » de nos régions, en ignorant le phénomène.


Au-delà des simples messages d’information sur la conduite individuelle à tenir, le groupe local EELV du Pays de St Malo appelle les responsables (élus, Etat, chambres consulaires, syndicats agricoles, industriels) à considérer la santé publique dans sa globalité en tenant compte de la qualité de l’air, de manière générale et en particulier en ce moment où elle peut constituer un élément aggravant de la pandémie. Ils doivent agir chacun dans leurs domaines de compétence : réduction d’activité, de vitesse des véhicules, épandages limités et éloignés des habitations.

En savoir plus ici : https://www.airbreizh.asso.fr/

Voir l’article de Ouest-France à ce sujet