Saint-Malo. Message de Saint-Malo cité verte et solidaire
Partager

Bonjour à toutes et tous,

Après ce temps de la sidération, suivi d’un temps de réaction, je m’adresse enfin à vous pour vous remercier de votre confiance dans la liste Saint-Malo cité verte et solidaire.

Sidération de voir revenir ce système lurtonien couasniste en force, avec ses valeurs d’ultra droite conservatrice, écrasant toutes les composantes politiques malouines, aspirant une partie des voix d’extrême droite au passage, faisant fi de la réalité que nous traversons.

Réaction ensuite face à la crise sanitaire, nous obligeant à un repli sur soi, à des contraintes contraires à ce que nous avons construit : pas de rassemblements, pas d’échanges, pas de moments festifs pour se rassurer après notre déception.

Notre réflexion tout au long de cette campagne a été sous-tendue par les crises démocratiques, environnementales et sociales. Sans jamais verser dans les options de dictature écologique, ou de l’effondrement, sans utiliser la peur ou la colère comme ferment électoraliste, nous avons démontré que, s’il y a problème il y a solutions. Nous avons démontré que nous étions capables, la gauche malouine, de n’être pas seulement une force d’opposition ou de contestation, mais une force de proposition. Nous avons démontré que nous avions compris les enjeux majeurs de la décennie : les nouvelles mobilités pour moins de carbone, un tourisme alternatif pour du logement accessible aux actifs, une protection des terres agricoles pour une meilleure santé alimentaire, l’innovation dans les biotechnologies, une économie vertueuse et solidaire, une culture partagée, l’accès à l’eau, l’inclusion sociale, etc… Nous avons démontré qu’il fallait préparer les territoires à une forme d’adaptation, de résistance voire de résilience.

Pour autant, la crise sanitaire nous alerte. Si on ne peut pas lier la cause de cette crise à une cause environnementale, c’est bien la crise environnementale qui nous rend plus vulnérable. Particules fines, pollutions de l’air, de l’eau, des sols, alimentation pauvre en nutriments, notre système immunitaire est donc moins résistant à l’agression du virus. Et ce virus, provenant du monde animal sauvage, dans un contexte où l’environnement nécessaire à la survie des espèces est menacé, nous menace également.

Mais à Saint-Malo, on continuera à faire des patinoires pour recréer la féérie d’antan, on continuera à construire sur les terres agricoles des maisons avec jardinet pour les « jeunes ménages », on installera de la vidéo surveillance pour assurer la sécurité, on continuera à privilégier le tourisme de luxe sur le littoral, etc… La maison brûle et on regarde ailleurs, dans le rétroviseur.

Essayons de poursuivre le travail entrepris, chacun.e à notre mesure, parce que nous avons raison. Le temps des idées est toujours plus long que le temps électoral. Soyons obstiné.es.

Merci de votre confiance,

Christine Bourquard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *