Tribune Libre en réaction à la demande du député E. Bothorel de créer un Observatoire de l’agribashing en Côtes d’Armor
Partager

(envoyée pour publication dans Le Télégramme, Le Trégor, l’Ouest France)
Le Groupe Local EELV Trégor réagit à la demande de M. Le Député E. Bothorel de créer un observatoire de l’«agribashing» en Côtes d’Armor.
Pourquoi une telle demande ? Les « actes de malveillance dont sont victimes nos agriculteurs [agribashing]» sont déjà recensés et analysés par ailleurs, nul besoin d’une structure supplémentaire. Les plaintes sont aussi suivies, les exploitants aidés par leurs organisations, notamment syndicales : pourquoi vouloir les « accompagner dans leurs démarches juridiques ainsi que dans la protection de leurs exploitations avec la mise en place de mesures de prévention » ? N’avons-nous plus confiance dans la police et la justice de notre pays ?
Pourtant, il est nécessaire de continuer à protéger ces lanceurs d’alerte, qui dans le cas qui nous intéresse, ne font que dévoiler les dysfonctionnements et les dérives du système productiviste agricole, machine à broyer humains comme animaux. Ces « agresseurs » nous rappellent notre rôle de consomm’acteur sur notre alimentation, l’impact de nos actes d’achat sur l’environnement et l’humain.
Quant aux militants et citoyens qui manifestent, pacifiquement, ils vous montrent que les consommateurs qu’ils sont veulent que vous ayez une oreille attentive sur ce qu’ils contestent et proposent ! Mais il est sans doute plus facile d’en faire des coupables …
Nous le répétons depuis bien longtemps, ce modèle n’est plus viable, il est même dangereux, pour les exploitants, pour la biodiversité, pour les sols, l’air et l’eau, pour les consommateurs. Nous le répétons aussi, les modèles alternatifs existent et ont démontré leur fiabilité, permettant en plus la création d’emplois non délocalisables.
Alors, au lieu de jeter de l’huile sur le feu en créant cet observatoire, M. le Député, vous devriez, pour l’intérêt général, dépenser votre énergie et notre argent de contribuable à soutenir efficacement et rapidement la nécessaire transition du modèle agricole productiviste ! Il y a urgence climatique, « le temps nous est compté » !