Tribune Libre – URGENCE CLIMATIQUE : PAROLES DE PRESIDENTS …
Partager

M. Macron s’était engagé à appliquer les mesures préconisées par la Convention Citoyenne sur le Climat… sans filtre !… Mais soudain, rétropédalage … pas touche aux véhicules les plus polluants, pas touche aux 130 km/h sur autoroute, etc.           

Or, ces mesures, qui ne constituaient même pas un socle suffisant, se voient réduites à peau de chagrin par un exécutif et des parlementaires à la botte des barons de l’industrie et de leurs lobbyistes.

Du Président de la République au Président de LTC…         

Le jour de son élection à la tête de LTC, ce dernier surprenait par sa prise de conscience de l’urgence environnementale et de la nécessité de changer nos comportements.          

Mais « en même temps », il affirmait vouloir faire aboutir tous les projets, engagés ou programmés, comme le pont aval sur le Léguer ou l’installation d’Anthénéa.

De fait, ce projet de 4ème pont ne se base sur aucune étude alternative intégrant une réduction du trafic automobile et risque au contraire de l’accentuer, avec à la clé, une augmentation de la consommation d’énergie et des pollutions qui découleront de ce toujours plus de voitures.         

Or, nombreuses sont les études qui nous le disent : le moteur électrique ne peut prétendre résoudre tous les problèmes engendrés par la voiture. Une approche vraiment écologique doit viser avant tout la diminution de l’usage de l’automobile individuelle.

Alors, n’est-il pas encore temps de réévaluer les problèmes auxquels ce pont prétend répondre et d’étudier des scénarios alternatifs qui ne passeraient pas par un « toujours plus de béton, toujours plus de bitume » qui engendreront in fine un « toujours plus de véhicules » ?

De la même façon, la volonté de « raisonner à l’échelle d’une planète qui n’en peut plus » n’est-elle pas tout autant écornée par le soutien à une société dont l’objectif est tout de même de construire des résidences flottantes pour milliardaires… qui, alors que le climat s’emballe, n’hésiteront pas à prendre l’avion pour rejoindre leur « suite éco-luxe » à l’autre bout du monde ?

Comme le disait Einstein : « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. »Pour EELV, le mode de pensée du 21ième siècle doit impérativement reposer sur la « sobriété » et les « énergies renouvelables », sur la « solidarité ». Cela implique que, pour tout nouveau projet, nous nous posions systématiquement cette incontournable question : « Ce projet est-il vraiment climato-compatible ? ».