VISITE DE TERRAIN des élu-es régionaux EELV. Les enjeux de l’aménagement du Port de BREST 🗓 🗺
Partager

 

A l’heure où le budget pour l’aménagement du Port de Brest va être très sérieusement augmenté par la Région Bretagne, les élu-e-s régionaux EELV se sont rendus sur place jeudi 3 avril pour une visite de terrain auprès des acteurs économiques et associations engagés dans un travail de dynamisation des activités du port et dans le respect des enjeux environnementaux et   climatiques. L’objectif de la journée : faire une expertise des besoins et réalités du terrain.

 

A leur programme :

 

10h00-12h30 : Visite du polder.

Polder2

Sur le Polder…

Polder4

Janick Moriceau, Gaelle Rougier et Yannik Bigouin

Polder5

► 11h30. Conférence de presse.

Polder1

Nathalie Chaline, élue à Brest en plein interview.

 Article Le Télégramme. 04 avril 2014:

« Les élus écologistes siégeant au conseil régional soutiennent à 200 % l’émergence des énergies marines renouvelables, mais pas à n’importe quel prix. Ils étaient hier à Brest pour essayer de comprendre l’importante inflation des travaux d’aménagement du polder.

L’exercice n’est pas simple, pour ne pas dire casse-gueule, de la part des écolos du conseil régional qui attendent avec impatience le développement des énergies alternatives. Pressés de voir émerger ces nouvelles technologies, ils veulent néanmoins comprendre pourquoi le budget de stabilisation et d’aménagement du polder est passé de 170 à 220 M€. « Nous avons le sentiment que ce sont les industriels, les multinationales intéressées, qui tirent les ficelles et qui dictent leurs conditions aux collectivités, attaque Janick Moriceau. Nous aimerions un changement de méthode et de gouvernance, et que les collectivités reprennent la main sur le dossier et son dimensionnement ».

Monter les enchères

Pour qui prépare-t-on le terrain ? Pour quel type de technologies et quels projets ? « Les Verts attendent plus de transparence sur un dossier qui mobilise autant d’argent », résume René Louail. En conséquence, le risque de construire une zone industrielle hi-tech qui ne serait pas utilisée à sa juste valeur est bien réel. « Il faut urgemment lancer le dialogue et la collaboration entre les régions qui, pour l’instant, donnent plutôt l’impression de se concurrencer ». 170, 220 M€… La facture gonfle sous l’impulsion d’industriels en position de force et qui ont bien compris qu’ils pouvaient faire monter les enchères sur le plan de l’emploi et du retour sur investissement. Pour qui travaille-t-on sur le polder ? « Pour de grands groupes industriels qui ne donnent aucune garantie d’installation ». Alors, les élus d’Europe Écologie Les Verts demandent fort justement que l’installation portuaire vise davantage de polyvalence et ne se concentre pas seulement sur les énergies marines. Enfin, dans le détail, la facture écologique pour établir cette zone industrielle, le plus gros chantier de travaux publics en Bretagne depuis la construction de la RN 12, n’est pas neutre. Sans parler des millions de tonnes de remblais transportés par camion, ils pointent le gigantesque chantier de dragage qui va être nécessaire pour augmenter la hauteur d’eau en bord de quai et à l’approche de cette nouvelle zone portuaire.

Impact en fond de rade

On rappelle qu’il va falloir récupérer 1,4 million de mètres-cubes de sédiments pour garantir le passage de navires à grand tirant d’eau. Les particules en suspension issues de ces opérations, a priori scindées en deux périodes de quatre mois, ne seront pas sans effet sur l’environnement. La plage du Moulin-Blanc sera-t-elle impactée ? Les gisements de coquillages abondamment dragués durant l’hiver survivront-ils ? Des modélisations de courants pour déterminer l’impact de ces substances en suspension ont été effectuées pour mesurer les conséquences en fond de rade. Les courants seraient suffisamment puissants pour limiter l’impact. Même au fond de la cuvette du Moulin-Blanc, qui concentre déjà en masse les algues vertes ? « Est-on obligé de draguer autant de sédiments ? », se demandent les écologistes, qui suggèrent un accès à ces nouveaux quais à certaines heures de marée. Difficile à mettre en oeuvre, quand on connaît la pression et les impératifs du transport maritime.

En complément

12h30-14h30 : déjeuner avec les militants du groupe local. Auberge de jeunesse. 5 rue de Kerbriant.

 

14h30-16h30 : Rencontre avec les associations environnementales Bretagne Vivante et AE2D

 Polder6

20h00 : Soirée-débat Acte III Décentralisation – Où en est-on ? Métropolisation ? Intercommunalité ? Régionalisation ?

En présence de Roger Morin, ancien directeur général des services de la ville de Brest et de l’institut des études territoriales de Strasbourg.

Entrée libre. Auberge de Jeunesse de Brest, 5 rue de Kerbriant

Planifié Brest EELV en action Les actions Les élu-e-s régionaux Mer & LIttoral
port de Brest Carte